Le Parental Act : c’est quoi ?

written by

Date

29 juin 2020

Category

Non classé

Je vous parlais il y a peu de l’égalité femmes-hommes en entreprise. Nous avons vu que les inégalités se développent aussi au niveau parental. Les femmes ont tendance à endosser un rôle prédominant dans l’éducation des enfants de manière quasi systématique. Cela affecte fortement notre carrière et nous stigmatise en entreprise. Nous sommes moins disponibles et (soi-disant) moins intéressées par notre carrière. Cela ne fait pas de nous des candidates idéales pour des postes à responsabilités ! Sans parler de la charge mentale engendrée

Mais alors, le Parental Act, c’est quoi ? C’est le pari un peu fou de Céline Lazorthes, fondatrice et dirigeante de Leetchi, Thibault Lanthier, fondateur de Mon Docteur et Isabelle Rabier, fondatrice de Jolimoi. Leur rêve ? Allonger le congé parental du deuxième parent d’un mois minimum et 100 % rémunéré.

Les engagements du Parental Act

Le Parental Act, c’est quoi ? Un mouvement qui a pour ambition de faire bouger les lignes du congé parental avec 3 engagements :

  • La prise en compte des nouveaux schémas familiaux, car le dispositif est disponible pour le second parent sans distinction de sexe.
  • La période de congé paternité allongée à 4 semaines minimum.
  • Une rémunération à 100% pendant toute la durée du congé.

Les bénéfices de tels engagements sont évidents ! Plus d’hésitations liées à la situation financière, plus de discrimination du genre du second parent et une meilleure organisation pour accueillir bébé. Le bonus c’est une réduction de la charge mentale de la maman. Le second parent est plus présent et tout ne repose plus sur les seules épaules de la mère.

conge-parental-pour-tous

Le parental act : un combat pour l’égalité femmes-hommes

Plus qu’un besoin de bien-être, c’est un acte militant que les trois fondateurs ont lancé ! En 3 semaines, ils ont réuni une centaine d’entreprises qui a signé une charte les engageant à rémunérer 1 mois de congé parental pour le deuxième parent. C’est une avancée majeure, puisque le congé parental pour le père est aujourd’hui de 11 jours. De plus, la rémunération n’est pas maintenue et laisse place à une petite indemnisation nommée PrePaRe (prestation partagée d’éducation de l’enfant) qui varie entre 148 et 397 euros par mois… On est loin du SMIC !

Parmi les entreprises qui se sont engagées, on trouve Blabla Car, Qonto ou encore Shine. Des sociétés jeunes qui montrent leur volonté à participer au mouvement de masse en cours (partout ailleurs qu’en France) ! Eh oui, notre cher pays est bon dernier concernant l’égalité femmes-hommes pour le congé parental. Au Danemark, les semaines de congés parentaux peuvent être partagées entre les deux parents et l’Espagne vient d’allonger le congé paternité à 8 semaines… On est bien loin des réformes timides de la France.

Une généralisation de ces mesures serait très salutaire, quand on sait que les hommes ne représentent que 6% des parents utilisant le congé parental. Cela ne veut pourtant pas dire qu’ils n’ont pas envie de le faire. D’après Céline Lazorthes, “7 pères sur 10 prennent déjà les 11 jours qui leur sont octroyés”.

La fin de la discrimination faites aux femmes à l’embauche ?

Ce dispositif paraît presque suranné quand on regarde où en sont nos voisins. Accorder un congé supplémentaire au second parent permet de réduire les discriminations à l’embauche et la charge mentale qui pèse sur les femmes.

Les chefs d’entreprise n’auront plus de certitudes quant à la prise de congé ou non par le père. Lorsque l’écart de la durée de congé entre le second parent et la mère sera nul, nous atteindrons alors une réelle égalité femmes-hommes.

De plus, le congé paternité favorise l’implication paternelle et la construction d’un lien père-enfant durable, selon le rapport de l’Igas. Il permet un rééquilibrage de la charge mentale dans le couple et une bonne intégration d’un nouveau quotidien et d’une nouvelle organisation.

On attend pour foncer tête baissée ?


À l’heure où j’écris cet article, 328 entreprises sont signataires et 36 887 salariés sont impactés. Si vous êtes une entreprise et que vous aussi vous voulez faire bouger les choses rejoignez le mouvement en signant l’engagement ici.

Vous êtes futur ou jeune parent et avez besoin de vous faire conseiller ? N’hésitez à demander un entretien gratuit pour définir ensemble ce dont vous avez besoin.

RELATED POSTS

LEAVE A COMMENT